Canyon de Ghoufi, situé dans les Aurès en Algérie. Le village de Rhoufi est une agglomération secondaire de la commune de Ghassira dans la wilaya de Batna…

Le site de Ghoufi. Avec un canyon sinueux traversé par l’oued Labiod (Ighzer Amellal) après une longue course depuis les montagnes de Chelia et une véritable citadelle millénaire qui s’étend de Tifelfetl à Kef Laârous, 90 km au sud de Batna sur la route de Biskra, Surplombant l’oasis et la dense forêt d’arbres fruitiers et de palmiers.. l’une des merveilles de la nature en Algérie

Un long canyon, du nom de l’Oued Abiod (Ighzir Amellal en Chaoui) traverse toute la contrée de Tifelfel à M’Chouneche. Le long de l’oued, des jardins d’arbres fruitiers et des palmiers encaissés dans l’oued, dominés par des falaises d’une hauteur de de plus de 200 mètres. Le village de Ghoufi est situé en bordure de la route nationale, sur la falaise nord.

Surplombant l’oasis, les balcons du Ghoufi, taillés en cascades dans la roche, ont attiré l’homme qui y a construit des demeures aujourd’hui inhabitées datant de 4 siècles. Au tournant de chaque balcon se trouve un village au milieu duquel se dresse une taqliath (un bâtiment de plusieurs étages contenant un nombre de chambres égal au nombre de familles, servant à l’entrepôt des récoltes et des provisions). Les villages accrochés à flanc de falaise avaient pour nom Hitesla, Idharène, Ath Mimoune, Ath Yahia, Ath Mansour ou Taouriret.

13879258_659554170866984_6011400313249096621_n

L’architecture est typiquement berbère. Les matériaux utilisés sont la pierre sommairement polie et jointe avec un mortier local, des troncs d’arbres et de dattiers. Les Gorges du Ghoufi sont, à l’image des Rocheuses et du Grand Canyon, composées de roches métamorphiques et sédimentaires, et d’une végétation de type oasis, spécificité unique de cette région.

Les Balcons de Ghoufi sont sur leur flancs formés d’un habitat traditionnel berbère en forme d’escalier et, sur leurs parois abruptes, par des habitations troglodytiques. Le site a été classés au patrimoine national en 1928 puis en 2005.

Surplombant l’oasis, les balcons de Ghoufi, taillés en cascades dans la roche argileuse, ont attiré l’homme dans les temps anciens pour leur climat doux et la protection qu’ils offrent en temps de troubles. Les autochtones y ont construit des demeures aujourd’hui vieillies (Tadart takdimt), restées témoins d’une histoire incomparable faite de résistance et de recueillement durant les temps de paix. Ces maisons uniques en leur genre, qui, datent de plus de 4 siècles, ont été habitées jusqu’aux années 1970.

13895423_659553180867083_8077935486585902773_n (1)

Il s’agit d’une sorte de résidences d’été préférées pour leur fraîcheur naturelle alors qu’en bas sur les berges de l’oued, des jardins d’éden sont cultivés à l’ombre de la palmeraie. Figues, figues de barbarie et grenades sont cueillies depuis si longtemps et offrent, avec les petits potagers, un vivier utile pour la population qui s’approvisionnait ailleurs en céréales.

13880353_659552760867125_2968788125781926490_n