Nous avons appris dans la nuit de vendredi à samedi 9 juin qu’un plan d’aménagement du Palais des Raïs (Bastion 23) avait été accéléré, alors que se tient actuellement l’événement El Manzah, organisé par l’agence La Fabrik dans le cadre des soirées du mois sacré de Ramadan. L’équipe d’Algérie Focus s’est rendue sur place, initialement pour faire connaître au public ce lieu aménagé à l’occasion. Priorité aux imprévus, le directeur de La Fabrik Mahrez Rabia nous en dit un peu plus.

El Manzah, organisé par l’agence La Fabrik dans le cadre des soirées du mois sacré de Ramadan
El Manzah, organisé par l’agence La Fabrik dans le cadre des soirées du mois sacré de Ramadan

Algérie Focus : quelles pourraient-être les conséquences de ces travaux en plein événement ?

Mahrez Rabia: Je n’en ai aucune idée pour le moment. Alors ça c’est fabuleux, ça a commencé quand moi je commence l’événement. Ils vont démolir le mur, à l’extérieur. Nous allons être mis à nu, et ça va se faire cette semaine. Ils vont venir avec leur bulldozer et tout raser. J’ai pourtant fait part de mon étonnement en parlant de la période où j’avais signé les contrats de location. On ne m’avait rien dit ce jour là. Et même ici, quand j’ai essayé de me renseigner, on m’a répondu que personne n’en savait rien. C’est une décision de la Wilaya prévue bien avant mais pas en cette période d’événement. Les travaux semblent avoir été accélérés. Moi je demande juste à ce qu’ils soient sensibilisés sur une question très importante et qui est la suivante : j’ai un matériel qui vaut quand-même 20 millions de dinars (matériel technique). J’aimerais bien qu’il ne soit trop exposé pour ne pas qu’on me le vole. Après pour ce qui est de la sécurité de l’événement c’est aussi quelque chose d’important tout comme celle du bâtiment. J’espère vraiment que cette mesure ne va pas trop déranger le public, mais en principe ça ne devrait pas toucher le site. C’est juste que, seule appréhension : si les gens voyaient les barreaux à l’extérieur disparaître, il ne faudrait pas qu’ils soient agités non plus. Mais bon là j’ai envie de dire tant pis pour nous, tant mieux pour la population parce qu’elle aura directement accès au Palais, et c’est très bien.

bastion 23
bastion 23

Quand nous arrivons à El Manzah by Samsung, au niveau du Palais des Raïs (Bastion 23) dans la wilaya d’Alger, nous sommes rapidement attirés par la splendeur de l’endroit, les couleurs qu’il offre, et les thèmes qu’il propose. Nous sommes également interpellés par l’originalité de cet espace, regroupant diverses initiatives culturelles et humaines. Découvrez avec Algérie Focus les objectifs de cette expérience, et les coulisses d’un monument historique.

Mahrez Rabia, après votre événement précédent au Musée national du Bardo à Alger (Bardo Museum Nights), vous voilà de retour pour une nouvelle aventure. Si vous deviez-nous la raconter ?

J’ai tenu particulièrement à organiser El Manzah, ici-même, au Bastion 23, un monument historique, où culture et hospitalité sont au rendez-vous. C’est un espace où il y’a de la place pour tout le monde. Ici, vous croiserez toutes les catégories : de la grand-mère à la jeune fille de 14 ans, et c’est tant mieux ! Je dirais que cette vision des choses, je l’ai toujours eue. Malheureusement, on ne m’a pas permis de la développer à un moment donné. Je fais allusion à mon expérience avec le musée du Bardo, période durant laquelle un tas d’excuses m’ont été adressées pour fermer les lieux. D’abord on me reproche d’avoir le monopole du marché, et c’est faux. Je suis une personne qui aime travailler, qui se bat déjà pour faire renaître cette pauvre culture qui s’éteint à petit feu. Et mon résultat, c’est El Manzah : un patrimoine historique que nous avons mis en valeur et qui offre des visites guidées. Nous avons et allons tout au long de ce mois sacré faire en sorte de réconcilier le peuple avec le musée, et puisqu’il s’agit d’un processus à long terme, il y’aura, je l’espère, bien d’autres musées, malgré les obstacles et les bâtons dans les roues. Je remercie particulièrement le directeur du Palais des Raïs Boualem Belachheb pour la confiance qu’il nous a accordée.

Je me bats pour quelque chose de noble, le vivre ensemble, et c’est le concept de ce lieu, le vivre ensemble.

Parmi vos revendications et objectifs, vous dites que l’artiste et le public devraient occuper une place majeure dans ce pays comme partout dans le monde, pouvez-vous nous en dire plus ?

Le public n’a jamais déserté les salles, c’est faux ! Ce n’est pas le public qui ne veut plus sortir, le public ne veut plus être accueilli dans des salles où vous avez des gardiens assis par terre, et qui jouent aux jeux de cartes à l’entrée de l’établissement. Les gens ne veulent plus aller dans un spectacle juste pour y aller, ils veulent de la lumière, du bon son, que l’artiste soit présentable, un bel accueil, un parking, et ça tant qu’on ne l’a pas compris, rien ne marchera. Ce n’est plus l’époque où il n’y avait rien, maintenant il y’a de la diversité, beaucoup de spectacles. Désormais c’est celui qui va mettre le plus de moyens qui va tout faire pour réaliser ces attentes, en se procurant par exemple le meilleur mobilier, et en réservant aux clients le meilleur accueil. Autre objectif : la création d’une scène artistique qui existe déjà, encore faut-il la réunir dans de beaux sites, et redonner la place de l’artiste qu’il mérite. Son cachet et payé et mérité. Je veux que le concert soit « sacralisé », que l’artiste soit « attendu » par son public. Il faut que les choses s’améliorent. La culture gratuite m’horrifie.

Je mets 14 filles à l’entrée, choisies sur le principe non pas de leur beauté, mais plutôt de leur capacité à parler, les gens ont besoin d’être rassurés. Ici tout est fait main, fait maison, et c’est ça le vrai travail.

Autre objectif phare de cet événement Mahrez Rabia : l’insertion professionnelle pour les personnes trisomiques …

Oui, en effet, le principe majeur d’El Manzah… C’est quelque chose de très important à mes yeux. Je le fais de bon cœur et j’y prends beaucoup de plaisir. Je me posais beaucoup de questions étant proche du monde associatif dont le programme « Mon école, mon avenir » pour que les enfants trisomiques accèdent à l’éducation avec des classes dans des écoles normales. Mais mes questions demeuraient sans réponse et particulièrement celles liées à l’avenir de ces enfants. Ce qui est terrifiant c’est ça justement. Parce que les enfants en bas âge ne préoccupent pas énormément les esprits de leurs parents, mais qu’en est-il de leur avenir ? Et c’est là que j’ai rencontré des parents pour ensuite recruter de jeunes trisomiques (neuf plus exactement), pour El Manzah. Une manière pour moi de les initier au monde du travail. Leur programme et leur rémunération sont les suivants :

—D’abord ils ont entre 18 et 34 ans et occupent chacun différents postes avec de vraies responsabilités : ça va du poste de sécurité, en passant par l’accueil puis la cuisine et enfin l’artistique. Mohamed Réda, Amir, Tina, Narimane, Walid, Hassan, et j’en passe, ont un vrai salaire de 25000 da et des horaires flexibles car ils ont besoin de repos. Ces jeunes trisomiques sont considérés à El Manzah comme des gens normaux, et c’est notre objectif. —

Combien faut-il payer pour accéder à El Manzah, et à quoi le public aura droit à l’intérieur de ce patrimoine historique en fonction de son aménagement ?

L’accès est à 1200da, un prix incluant la visite dans le site, un thé, un Kalb Ellouz, des cacahuètes, un jus, et une limonade. Vous avez d’abord « la terrasse rouge » qui donne sur la mer, et où les concerts d’El Manzah sont organisés tout au long de ce mois de Ramadan. Autre terrasse que nous avons intitulée « Wast el Casbah » réservée aux jeux (ex : dominos entre copains). Notre clientèle, je vous l’ai dit, est différente, éclectique, et variée, donc nous recevons des personnes qui ne veulent pas forcément assister aux concerts, nous leur offrons alors un espace de détente où elles peuvent discuter entre elles. Et enfin vous avez « West Eddar » au niveau supérieur du Bastion 23. Le mieux serait de venir et de constater par vous-même que c’est un endroit magnifique où les thèmes diffèrent en fonction des âges, et où l’on peut passer d’agréables moments en famille ou entre amis. L’Algérie se retrouve ici tous les soirs, tous les algériens sans exception. Tel est le message d’El Manzah. Ce n’est pas un clan où on se réunit. Ici, j’ai des femmes voilées, des hommes en Djellaba, des jeunes en short, d’autres en barbe. Nous avons de tout, et c’est ça qui m’intéresse, c’est de créer un lieu où tout le monde peut se croiser.

Merci Mahrez …


Merci Moncef,

Et longue vie à Algérie Focus, parce que c’est un site que je consulte tous les jours, et je ne le dis pas à toutes les chaines et à tous les médias, je le dis sincèrement, j’aime bien l’info qu’il donne, comme  j’aime bien aussi sa dynamique d’une jeunesse qui veut faire quelque chose pour son pays et le fait aussi qu’il donne la parole à des jeunes qui ont souvent été étouffés.

Cet article Plan d’aménagement « avancé » du Palais des Raïs : l’équipe de La Fabrik à la tête d’El Manzah surprise par la nouvelle mais garde la pêche ! est apparu en premier sur Algérie Focus.


Source: algerie focus