L’après ftour dans la capitale ne consiste pas uniquement dans des soirées musicales ou rester chez soi à regarder la télé et ses multiples caméras cachées. D’autres activités, souvent peu médiatisées, se déroulent dans plusieurs « coins » d’Alger. L’une d’elles est originale et mérite tous les encouragements. De par le concept, et également l’enthousiasme des initiateurs, elle est à mettre en valeur, et à « propager ». Il s’agit tout simplement du théâtre interactif. Quelques jeunes ont ainsi envahi, le mercredi 7 juin dernier, les planches de la médiathèque d’Audin (Alger – centre). Il s’agissait de « aya netbadlou les rôles! »,  à laquelle le public participe, comme présenté par les organisateurs « c’est une pièce interactive où les jeunes comédiens et comédiennes vont, comme le suggère le titre, échanger leurs rôles : les hommes prendront la place des femmes et les femmes celle des hommes. Le but de cet échange est de sensibiliser le public sur les droits de la Femme et de démonter l’importance de l’Homme dans la construction d’une société où le bien être est un droit pour les deux sexes.  »

Qui sont derrière cette action? tout simplement des jeunes étudiants, se présentant en tant qu’ Y PEERians, en référence à un réseau international, Y PEER  (Youth Peer Education Network) «  qui vise à sensibiliser les jeunes sur diverses thématiques présentes dans la société en utilisant le système des pairs. Il existe dans 54 pays dans le monde, c’est un réseau à but non lucratif et non gouvernementale. Il traite tout ce qui est en rapport avec la jeunesse et les fléaux présents au quotidien que rencontrent les jeunes. » affirment en choeur les comédiens rencontrés à la fin  de la présentation de la pièce.

Ceux qui veulent en savoir plus, qu’ils sachent que ces Y PEERians « frapperont » encore ce jeudi 15 juin , à 21h30 (voir l’affiche en dessous).