Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, est dans la tourmente. L’institution qu’il préside est en effet complètement paralysée.

Presque un mois après le renouvellement partiel des membres de la chambre haute du Parlement, le blocage est total et Bensalah ne sait plus comment résoudre cette question tant il parait désarmé. Pourquoi cette situation de blocage ?

C’est la rivalité entre les deux plus grands partis représentés au Sénat qui est à l’origine de ce blocage qui a empêché l’installation des nouvelles structures. Les deux partis n’arrivent pas à s’entendre sur la manière de se partager les postes de responsabilités qui leur reviennent de droit.

Toutes les réunions se sont avérées vaines jusqu’à présent tant chaque parti estime avoir la majorité et prétend donc à plus de postes de responsabilités au sein des structures du Sénat. Si la présidence des 9 commissions ne semble pas poser grand problème puisque les trois groupes parlementaires, en l’occurrence le FLN, le RND et le tiers présidentiel, peuvent se partager équitablement en coupant la poire en trois à parts égales, il en est autrement des sièges au bureau.